"80" km du Mont-Blanc (90km 7000m+/-)

03/08/2014 09:08

"80" km du Mont-Blanc                          (90km 7000m+/-)

Avant de vous parler de sport, je vais quand même commencer par vous dire que je suis fier d'avoir obtenu mon Diplôme de Masseur-Kinésithérapeute diplômé d'état. Jeudi après midi, je vais donc récupérer mon diplôme à Grenoble puis direction Chamonix pour vite se coucher...

Vendredi matin, 4h du matin, je suis donc sur la ligne de départ du 80Km du Mont-Blanc, support des championnats du Monde de Skyrunning (format long). 80km et 6000m+/- sont annoncés... Le plateau de coureurs est relevé avec une ribambelle d'étrangers (asiatiques, australiens, espagnoles, américains...).

Quoi de mieux pour commencer qu'une bonne grosse montée de 1500m+ de nuit ? Cela me plaît bien et je passe au sommet en 23ème position. La montée fut relativement calme étant donné le reste qui nous attend...

Descente assez rapide sur Plampraz puis traversée jusqu'à La Fléchère où nous pouvons boire 2-3 verres d'eau. Je me retrouve en compagnie de Sacha Devillaz (avec qui j'avais fait une reco du parcours) et avec Clément Molliet (que je commence à bien connaître). Je suis alors 21ème ici mais il y a pleins de coureurs juste devant et juste derrière.

Nous prenons la direction de La Tête aux Vents et le lever de soleil me permet d'apercevoir François D'haène environ 3min devant. Je suis donc bien placé et je n'ai aucune raison d'accélérer à ce moment là.

Puis c'est la première grosse descente, technique, qui nous amène au 1er ravito, au lieu dit Le Buet (km 27). Je suis en 14ème position et tout roule parfaitement. Ravito assez rapide et c'est partit pour la seconde grosse montée de 1300m+.

La pente est soutenue par moment puis roulante sur certains passages. Le balisage est très limite avec de la rubalise noir et blanche dans un paysage caillouteux  et enneigé...  Je suis toujours en compagnie de Clément, avec qui j'échange quelques paroles au cours de la montée. Je passe alors au col des Corbeaux (km 36) en 8ème position.
Nous nous déplaçons totalement sur neige mais celle-ci est dure bêton ce qui ne rend pas les déplacements faciles... Le balisage étant toujours limite, nous nous écartons du bon chemin pour le retrouver 5-6min après, évitant de peu plusieurs fois de se faire mal tous les deux en passant à travers la neige. La descente sur le barrage d'Emosson est technique et magnifique. Nous arrivons au point d'eau (km 41) en 6ème et 7ème position. Puis la traversée sur le Chalet de Loriaz est tout autant splendide, avec de multiples passages très techniques, avec des mains courantes.

Vient ensuite la descente sur Vallorcine où je prends quelques longueurs d'avance sur Clément et l'Australien qui nous a rejoints. Au bas de la descente, 2 petits kilomètres de plats nous permettent de rejoindre le ravito (km 49). Je suis alors 6ème et repars de du ravito en compagnie du jeune Australien.

Je suis toujours bien, sans pépin physique ou autres à l'entame de la montée sur l'Aiguillette des Posettes. Je suis environ 45 secondes derrière l'Australien à la sortie de la forêt, avant le début de la piste forestière. Je connais cette partie qui nous mène au col des Posettes et je ne l'adore pas... Elle est roulante... J'en profite pour me ravitailler car je sens un petit coup de moins bien, mais léger. Un autre jeune Australien me passe au cours de la montée. Au sommet (km 54), je suis 8ème.

Vient la longue descente en direction d'Argentière. Je mange encore une bonne barre et descends pas trop mal mais pas aussi bien que je le souhaiterai. Le point d'eau au Km 63 (où je passe 8ème) fait du bien car la chaleur commence à se faire ressentir.

Je sais que la partie suivante risque de ne pas être des plus simples... Pas manqué : je coince pour la première fois dans la relance après Le Lavancher... J'enfile donc 2 gels en espérant que ça aille mieux... Le chemin jusqu'au ravito suivant me paraît long... Oufff, le ravito ! Je suis toujours 8ème (km 70). Je prends le temps de m'asseoir, de bien manger et de refaire le plein de gels +Watt.

Dernière grosse montée ! Je file en direction de la gare du Montenvers sur une première partie de montée pas trop raide puis très raide à travers les rochers et marches d'escaliers qui font bien mal aux quadriceps... Je monte sur un rythme régulier mais qui n'est pas très élevé, la fatigue se fait bien ressentir maintenant et il devient difficile de courir sur les petites parties roulantes.

Je refais une dernière fois le plein d'eau et bois quelques verres au Montenvers. Plus qu'à faire la traversée en direction du Plan de l'Aiguille... Mais les quadriceps en décident autrement : des crampes me viennent alors aux cuissots, des grosses crampes qui m'empêchent presque de marcher !
Je bois beaucoup, prends un gel et au bout de 3-4min, les crampent semblent diminuer. Mais c'est alors qu'un second gros coup de moins bien survient... Impossible de relancer, plus de forces... Du coup, encore un petit gel ou deux et puis ça revient tant bien que mal. J'aperçois un coureur environ 3-4 min devant mais je pense alors qu'il ne s'agit pas d'un coureur de la course... Au plan de l'Aiguille (km 80) je suis toujours 8ème.

Dernière descente ! Longue ? 1100m-... Après 10h30 de course, ça pique... Je rattrape un coureur au bout de 300m-, que je reconnais : il s'agit de l'Américains Mike Wolf. Je ne le pensais pas devant moi et je pense donc à ce moment qu'il a abandonné en début de course et qu'il est venu voir la fin de course là haut... Mais il a toujours un dossard... Enfin bon, je le double et le distance assez vite. Les 500 premiers mètres négatifs se passent plutôt bien mais après cela devient un calvaire ! Les quadriceps tirent et sont morts. Je vois Chamonix se rapprocher mais que c'est long... Je n'avance quasi plus dans les 250 derniers mètres négatifs et je me demande alors comment je vais faire pour terminer ce dernier kilomètre dans les rues de Chamonix... Heureusement, les spectateurs sont là pour m'encourager et applaudire ! Je dois courir à 10km/h mais peu importe j'en profite !
Je comprends alors en entendant le speakeur que je suis 7ème !

Fabuleux !!! Je termine 7ème de la course au bout de 11h31 d'effort, arrivant 1h06min après le gagnant Espagnole.
Pour la première fois depuis mes débuts en trails je ne gagne pas dans ma catégorie car le jeune Australien qui m'a doublé sous le col des Posettes est également de mon année (1992) et termine 3ème. Et l'autre jeune Australien, qui termine devant moi en 6ème position est également de mon année ! Ajouté nous 3 au jeune Allemand, Philipp Reiter (né en 1991) et cela fait 4 coureurs de 22ans ou moins dans le Top 7 !

Quoi qu'il en soit, cette course est de loin mon meilleur résultat jusqu'ici, avec une bonne gestion de course. Les 3 dernières heures de course furent très dures et je pense que je perds beaucoup de temps durant celles-ci. Mais j'en tire que du positif pour la suite et suis encore plus motivé à progresser sur ces formats de course là qui je pense, me conviennent bien. A suivre...

A noter quand même : l'organisation annonçait 80km et 6000m+/- et au final les coureurs auront quand même couru 90km et 7000m+/- !

Un grand BRAVO à Sacha Devillaz pour sa 12ème place et à Clément pour sa 13ème place ! Vous avez géré les gars. Et bravo à tous les autres.

Et puis comme d'habitude, un grand MERCI aux spectateurs, aux ravitailleurs (on commence à être bien régler !) ainsi qu'au Coach qui se reconnaitra !

Après 2 courses de plus de 85km en 1 mois, il est temps de faire un break avec « le long ». Le prochain gros RDV trail sera donc le Trofeo Kima en Italie (49km 3800m+/-), fin Août. D'ici là, sûrement des compétitions plus courtes mais que j'apprécie bien également : kilomètre vertical de la Face de Bellevarde (skyrunning), K3 Redbull ...

A pouette !

Aurel


Photos : http://www.peignee-verticale.com/ et http://skiandrun.fr/



—————

Précédent